#23J'ai Lu ! LOVEMATHS - 3,14159 ou la loi de Moore

Publié le par Mareva Lawren


 

Résumé

Deux jeunes ingénieurs, Julien et Vivek, travaillent dans une start-up indienne implantée aux États-Unis. Ils ont pour mission de développer un logiciel dont la finalité est de calculer un trillion de décimales du nombre Pi. Ils ont à leur disposition un ordinateur expérimental, capable de fonctionner à plusieurs fois la vitesse de la lumière. Ils vont découvrir très loin dans les décimales de Pi un message caché qui va bouleverser l'humanité entière !
 

Avis

La première chose qui m'a frappée lorsque j'ai ouvert ce livre est le début très accrocheur. Le rêve de Julien est saisissant tant sa description est parfaite. On ressent la frayeur du personnage, sa hâte à regagner le rivage et les sentiments mitigés qui suivent son réveil. Il va sans dire que ma lecture partait sous de bons auspices. Malheureusement, mon avis s'est détérioré au fil des pages. Tout a commencé avec le vocabulaire choisi par l'auteur, certes très riche et donc très enrichissant, mais parfois un peu pompeux. Cela ralentit la lecture et la rend moins agréable. Couplé au jargon scientifique pur qui jalonne l'histoire (et c'est bien normal vu le synopsis), tout devient compliqué pour ceux qui aiment lire pour se distraire. Je pense qu'il aurait été plus judicieux de choisir des mots simples et percutants pour raconter l'aventure de nos deux protagonistes afin de faciliter l'apprentissage des termes mathématiques indispensables à la compréhension de l'intrigue (et qui méritent d'être mieux décrits pour l'appréciation du livre). Là, on sature vite et beaucoup ce qui amène notre cerveau à dériver vers d'autres sujets et à ne pas pouvoir nous attacher aux personnages. C'est dommage parce que Julien et Vivek ont l'air vraiment sympas.
Deuxième point qui m'a un peu perturbée : les détails superflus et mal placés. Parfois, le personnage se met à penser au passé. Le rythme alterne donc entre présent et flash-back mais sans coupure nette. Cela m'a choqué quelque fois au point de devoir retourner quelques paragraphes en arrière pour comprendre où j'en étais. De plus, la plupart de ces flash-back sont carrément inutiles pour la progression de l'intrigue principale. Je pense qu'ils sont là pour que l'on apprécie les personnages mais dans mon cas, ça a complètement raté. Le côté trop descriptif m'a largement rebuté et les nombreuses informations superflues m'ont détournée du principal. D'ailleurs, beaucoup de détails ne font pas avancer l'histoire, comme le rêve du tout début qui n'a absolument aucun lien avec le reste et dont on n'entendra plus parler. C'est également le cas d'une discussion avec un chauffeur de taxi qui tombe comme un cheveux sur la soupe et qui au final ne sera pas plus exploitée que cela. On entre dans des détails non nécessaires alors que les pistes qui auraient développé l'univers offert par l'auteur ne sont jamais utilisées jusqu'au bout. C'est vraiment dommage parce que les trois-quarts du livre passe lentement au point qu'on se demande quand va venir cette fameuse révélation et cette dernière est liquidée en quelques pages. Quand j'ai eu fini le livre, j'ai eu un sentiment d'inabouti, de non fin. J'en attendais plus. Je ne spoilerais pas mais honnêtement il y avait de quoi faire avec un scénario pareil et je trouve que cela a été bâclé.
Malgré tout, l'humour de l'auteur et les nombreuses informations scientifiques et donc très instructives rattrapent le coup au point qu'au final, on ne passe pas un si mauvais moment que ça à lire Lovemaths. C'est même dommage parce que j'ai bien senti que l'auteur connaît son sujet et qu'il avait le potentiel de faire bien mieux. Autre point que j'ai bien apprécié, le mélange de la religion, et une peu connue en Occident – l'Hindouisme – avec les sciences. C'était bien trouvé !

 

Conclusion

Pour terminer, je dirais qu'il s'agit là d'un livre avec un univers à très fort potentiel mais pas forcément toujours bien exploité et qui mériterait qu'on se penche dessus à nouveau. Je pense que Julien aurait pu devenir une sorte de "Tintin" : un ingénieur-enquêteur sur les nouveaux phénomènes qui ont lieu après la révélation de Sita (Déesse Hindoue). Cela aurait été amusant d'avoir un livre pour chaque aventure jusqu'au dénouement final avec un univers limite post-apocalyptique bien plus développé.



3,14159 OU LA LOI DE MOORE  :
Auteur : Jean-Yves Oberlé
Editeur :
Auto-édition
Collection : chapitre.com
Date de parution : 13/07/2015
Prix : 15€ (lien ici)

 

 

JEAN-YVES OBERLE – Biographie
Non disponible.

 

 

CITATIONS

 

« Elle est celle qui permet la vie, celle qui nous amène au monde, celle qui nous élève et nous protège, celle qui nous accompagne et nous soutient dans notre vie d’adulte, et enfin celle qui pleure notre disparition.  »

 

« Il opposa une résistance toute symbolique lorsque, à son tour, elle lui agrippa les mains. La suite lui sembla se dérouler dans un autre monde, comme s’il avait sombré dans un rêve. Ou peut-être venait-il de se réveiller. Il ne savait plus. Tout au plus remarqua-t-il que les mains de cet être étaient d’une effroyable froideur. Elles étaient mortellement glacées, à vrai dire. Ce froid appelait en lui des pensées de désolation, de désespoir, la fin, la mort pour ne pas la nommer. Était-ce son propre esprit qui échafaudait cet univers mental sous l’emprise de la panique ou avait-elle pris le contrôle de ses pensées ? Il ne savait plus. Il ne voulait plus savoir. Il subissait, c’était tout. La soumission de son corps et de son esprit était la seule chose encore possible, la seule qu’il était encore en mesure de comprendre. La force nécessaire pour la conjurer était irrémédiablement hors d’atteinte de sa volonté. Mais une chaleur commença à prendre naissance dans ses phalanges. Il pouvait à nouveau sentir l’extrémité de ses doigts. Elle se propagea à ses paumes. Il eut l’impression qu’il venait de retirer ses mains d’une bassine de glace concassée. Ses chairs brûlaient. Ses avant-bras furent touchés puis le feu se dissémina dans son buste pour se focaliser, ensuite, tout autour de son nombril. Ses jambes, inondées par la même vague de bien-être, cessèrent de flageoler. La tête lui tourna. Elle était atteinte à son tour, atteinte par une certaine ivresse, une ivresse de bonheur, de plénitude, d’apaisement. De longs instants lui furent nécessaires pour prendre la mesure de ce changement soudain et recouvrer partiellement ses esprits. Il lui sembla fouler une plage, une plage de galets, des galets qui lui consumaient la plante des pieds. C’était une sensation exquise. Il était redevenu un petit garçon. La chaleur de l’été l’enveloppait. Le charivari des vagues couvrait toutes les autres sonorités ambiantes. Le bleu du ciel irradiait. Il releva les paupières. Elle le fixait. Il tenta de lire dans ces yeux, dans cette âme dont il était devenu le point de focalisation. Il crut y entrevoir de l’admiration, de l’amour, oui, c’était bien cela, de l’amour, un amour bienveillant, un amour maternel. »

 

 

 

Commenter cet article