#12J'ai Lu ! 5 CHERCHEURS D'AVENIR

Publié le par Mareva Lawren

 

 

Résumé
 

En 2013, le jury du Prix du Monde de la recherche universitaire en sciences de la matière, de l'univers et de la vie a distingué 5 lauréats choisis, outre la qualité de leur thèse et son originalité, pour les qualités de communication dont ils ont fait preuve, de même que pour l'intérêt que ces thèses peuvent avoir pour le grand public. Les thèmes traités sont :
- comment mieux prévoir les séismes, l'exemple du Chili
- comment rendre plus efficace une marche aléatoire
- comment mesurer l'élasticité du cerveau
- comment la mesure de la vapeur d'eau au Sahel peut aider à se procurer de l'eau
- comment les isotopes peuvent nous aider à déterminer le sexe des hommes de la préhistoire
Dans ce livre, les lauréats racontent les raisons de leur engagement, les conditions, l environnement et le déroulement de leur travail aussi bien que son explication proprement dite, l'exposé de ses résultats et de ce que l'on peut en attendre. Ces exposés sont précédés de présentations d'« aînés » qui resituent les thèses dans le tissus scientifique actuel, en composant ainsi un paysage de la science contemporaine.
L'ouvrage a pour objectif de susciter des vocations à une époque où elles diminuent cruellement et de sensibiliser le grand public à cette démarche tout à la fois exigeante et jubilatoire.

 

Avis
 

En tête de gondole à la bibliothèque municipale, ce livre orange pétant a attiré mon regard. Un prix « Le Monde » de la recherche ? Je ne savais même pas qu'il y en avait un. En découvrant la quatrième de couverture, j'ai eu envie de le feuilleter, histoire de voir si ce format scientifique pourrait vraiment, comme les créateurs le souhaitent, susciter des vocations. Et le pari peut largement être gagné.
De prime abord, on peut se dire que ce type de livre peut-être barbant. Après tout, lire des thèses scientifiques n'est pas forcément passionnant. Le jargon employé en découragera une bonne partie et les thèses très avancées, pas forcément bien expliquées voire trop compliquées pour le profane finiront par dissuader une autre bonne partie de continuer leur lecture. Je pense notamment à la thèse dans le domaine des mathématiques qui est bien trop complexe pour ceux qui n'ont pas fait d'études scientifiques poussées et à celle d'anthropologie que les deux auteurs n'ont pas forcément su rendre intéressante (de mon point de vue seulement). En ce qui concerne les autres thèses (sismologie, médecine et climatologie), les scientifiques ont su, avec de l'humour, des schémas et des explications simples rendre compte de leur travail et surtout de leur passion. Quelques connaissances préalables dans les domaines présentés sont tout de même préférables pour apprécier la totalité des connaissances qui nous sont offertes. Mais globalement, sans être versé dans ces sciences, on peut comprendre les tenants et aboutissants de ces trois thèses.
J'ai eu un petit coup de cœur pour la thèse de Marianne Métois « Anticiper les grands tremblements de terre : comprendre le calme avant la tempête ». D'une part, le titre montre bien le côté pédagogique et humoristique de l'auteur qui a choisi cette expression connue en France « le calme avant la tempête ». D'autre part, j'ai lu, très fortuitement, cette thèse le jour du tremblement de terre au Chili en 2015, or c'est dans ce pays qu'a travaillé Marianne Métois. Cela m'a permis de mieux appréhender les enjeux de la méthode qu'elle a étudié pour prévoir les tremblements de terre et la nécessité de poursuivre dans cette voie pour sauver des vies humaines. Pour finir, je citerai cette croyance qu'elle nous rapporte pour montrer à quel point il est nécessaire pour ce pays de mieux comprendre les séismes : « Au Chili, on pense que chaque président de la République vit un tremblement de terre majeur. »


Conclusion

A lire pour les amateurs de sciences, en ayant tout de même de bonnes connaissances préalables afin de mieux apprécier le travail de ces grands chercheurs.

 

5 CHERCHEURS D'AVENIR :
Auteurs : Marianne Métois, Vincent Téjédor, Emilie Macé, Guillaume Trémoy et Klervia Jaouen, Jean-Paul Poirier, Jean Jouzel, Yves Coppens, François Brunelle et Jean-Pierre Kahane.
Editeur : Le Pommier
Collection : Promesses de la science
Date de parution : 23/10/2014
Prix : 20€

-----------------------------------------------------------------------------

 

CITATIONS

 

« Nous sommes en fait dans les prémices d'une nouvelle discipline, et ces nouveaux isotopes sont très prometteurs, avec des applications allant bien au-delà de celles de l'anthropologie. »

 

 

« Le tremblement de terre, qui ébranle la plus ferme des certitudes, la stabilité du plancher des vaches, est sans doute la plus terrifiante des catastrophes naturelles. On a longtemps pensé qu'elle ne pouvait être que l’œuvre d'un dieu manifestant ainsi sa puissance ou son courroux contre les hommes, coupables d'une offense. »

 

« L'idée était encore répandue, à l'époque, que les inflammations souterraines, responsables des volcans, l'étaient aussi des tremblements de terre et que ceux-ci étaient donc nécessairement liés au volcanisme. Montessus montra qu'il n'en était rien et que, même si des tremblements de terre se produisent dans les régions volcaniques, il y a, en revanche, de nombreux pays très sismiques dépourvus de volcans. Il attaqua également l'idée que les séismes fussent dépendants des phases de la Lune ou des conditions météorologiques. »

 

« Samedi 27 février 2010, 7h30. On me secoue l'épaule dans le but évident de me réveiller. J'ouvre un oeil. "Réveille-toi, ils disent qu'il y a eu un séisme au Chili !". Je referme l'oeil.
Des séismes au Chili, il y en a tous les jours [...] ça n'a rien d'exceptionnel, je peux dormir tranquille. »

 

« Ma gorge se serre : l'épicentre du séisme, c'est-à-dire l'endroit où la rupture s'est produite, est situé au large de la côte du Chili, dans la région de Maule, au sud de Santiago. Or près de 80% de la population se trouve concentrée dans cette région. Ce séisme est un tueur, et sans doute sera-t-il accompagné d'un tsunami dont les vagues géantes seront tout aussi destructrices. »

 

« Au Chili, on pense que chaque président de la République vit un tremblement de terre majeur. En fait, comme on compte en moyenne un séisme de magnitude supérieure à 8 tous les dix ans, cette croyance populaire ne se vérifie pas toujours. »

 

« Je réalise aussi que la science n'est pas exempte de concurrence et je découvre la course à la publication. La première équipe qui publie gagne, qu'importent finalement le contenu et la qualité de l'article. Le désir de voir augmenter son indice de citation et de publication peut alors primer sur la qualité scientifique et l'intérêt général ... »

 

« La personne au bout du fil me demandait à quelle adresse il fallait me livrer l'appareil d'échographie offert par le professeur Otto ! [...] J'ai vécu les premières semaines comme dans un rêve. Mais les résistances des institutions, les jalousies, le protectionnisme ont eu raison du progrès technique. L'appareil a été rendu à l'industriel sous le prétexte qu'il n'avait pas fait l'objet d'un appel d'offre et que la codification de l'acte n'existait pas ! »

 

« C'est en effet ce qui rend ce métier passionnant : il est impossible de planifier, de prévoir logiquement les découvertes à venir. Souvent, le chercheur doit penser de façon originale et, sans cesse, rester attentif aux choses inattendues qui émergent de ses expériences. Fréquemment, les découvertes les plus intéressantes sont le fruit de la rencontre entre un accident et un œil suffisamment curieux pour le remarquer. »

 

« Mais étudier le climat , c'est aussi observer la nature, les nuages s'emmêlant dans le ciel ou les glaciers dévalant les montagnes à leur rythme, c'est se demander ce qu'il y a derrière le rideau de ce spectacle. »

 

« Alarmisme au nom de l'écologie pour certains, théorie du complot pour d'autres, sans compter les pressions de certains lobbys. La communication sur le climat tombe souvent dans l'excès. Comment donc, dans cette atmosphère trouble, le citoyen lambda peut-il objectivement comprendre comment notre climat évolue et concevoir quels sont réellement les risques induits par l'homme pour notre environnement ? »

 

 

Publié dans J'ai Lu !, Sciences

Commenter cet article